Ponyo

Publié le par Naboo



Ponyo Ponyo, Ponyo sakana no ko
Aoi umi kara
Yatte kita

Vous avez peut-être déjà entendu ces paroles, et peu-être même que cet air vous a trotté dans la tête un petit moment. Ca été le cas pour moi.

Je suis donc allée voir le dernier Hayao Miyazaki en date, une interprétation libre du conte d'Andersen, La Petite Sirène.

L'histoire est celle de Sosuke, petit garçon de 5 ans vivant au bord de la mer, qui pêche un jour un poisson rouge à tête humaine. Il est difficile de raconter la suite sans spoiler, je vais donc m'en tenir à ce que j'ai ressenti en regardant ce film :

Pendant tout le début du film, on éprouve une sorte de sérénité. La mer, le soleil, les décors réalisés aux crayons de couleur et aux pastels, le quotidien de Sosuke et de sa maman.
Puis arrive ... le tournant dans l'histoire. Sosuke baptise le poisson (ou plutôt "la poissonne") Ponyo, car elle porte bonheur, et Ponyo va, disons, changer.
Dès lors, Sosuke et Ponyo vont se rapprocher, Ponyo va s'émerveiller du quotidien des humains sous l'oeil amusé de Sosuke et de sa maman. Les deux enfants vont vivre un périple initiatique dans un univers inhabituel, puis Ponyo va être confrontée à un choix.

Si vous n'avez pas encore vu ce petit bijoux, courez-y (et si les places de ciné sont trop chères, allez-y le matin), ce film vaut vraiment le détour, sa poésie et sa tendresse sont vraiment extra (on craque même totalement devant certaines scène vraiment trop mignonnes !!! X3), et les leçons qu'on peut tirer de ce film ne sont pas négligeables : préserver l'environnement (car sans cela on peut déclencher des catastrophes incontrôlables, comme le tsunami dans Ponyo), accepter l'être que l'on aime tel qu'il est, avec ses différences, accepter de laisser son enfant vivre sa vie.

Hayao Miyazaki s'est inspiré de la Petite Sirène pour ce film d'animation, et il est amusant de constater les ressemblances et les différences, que je ne citerai pas, pour ne pas vous gâcher le plaisir d'aller voir le film.

En conclusion, on peut dire qu'Hayao Miyazaki a encore pondu une grande oeuvre, certes plus enfantine qu'un Princesse Mononoké ou un Château Ambulant, mais avec toujours autant de thèmes fondamentaux abordés et de poésie.

Publié dans Cinéma - animation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article